fbpx
Dreem avis – Myriam raconte son expérience du programme Dreem

Dreem avis – Myriam, utilisatrice du bandeau Dreem depuis 2 mois et demi, nous raconte son expérience et nous livre ses retours sur le programme de Dreem inspiré de la Thérapie Cognitive et Comportementale. Découvrez comment Dreem lui a permis de retrouver une bonne qualité de sommeil en 7 semaines. 

« Le bandeau n’est pas un objet magique qui vous fait dormir. On doit prendre à bras le corps son sommeil si on veut avancer et changer les choses… Dreem, c’est vraiment une rééducation, on réinitialise son sommeil. »

Pouvez-vous vous présenter et décrire vos symptômes ?

Bonjour, je suis Myriam, j’habite en Belgique, à De Hann et je suis utilisatrice de Dreem depuis deux mois et demi environ.

Mon insomnie a commencé il y a environ 35 ans. Je travaillais en restauration (hôtellerie restauration) et vous perdez complètement votre cycle biologique. Aller se coucher trop tard, se lever trop tôt pour les enfants etc… Ensuite, il y a eu des problèmes familiaux. J’ai perdu mon frère il y a 35 ans justement, ce sont des choses qui vous marquent. J’ai vraiment été accablée au point de devoir prendre des somnifères le soir et la journée, des boosters. Donc c’était très très mauvais. J’ai traîné mon insomnie depuis 35 ans. Ne pas m’endormir facilement, me réveiller la nuit, me réveiller très tôt le matin, me rendormir à peine, j’allais dans tous les sens…. Et ça devenait vraiment une obsession de ne pas dormir.  J’en parlais à tout le monde.

Comment se sont passés vos débuts avec Dreem ?

Quand j’ai reçu Dreem, j’étais très contente. J’ai eu ces 7 premières nuits d’analyse et j’étais même impatiente parce que là on me disait encore d’attendre. Le confort ne m’a pas dérangé même si ça aplatit un peu mes cheveux mais ce n’est pas grave. Je préfère ça à la solitude de l’insomnie.

J’ai donc passé mes 7 premières nuits en analyse, ce qui a permis à l’équipe de m’envoyer les premiers conseils. Ça m’a surprise de voir que je dormais vraiment très très mal. Très peu et de manière vraiment anarchique. Je me suis dit qu’il fallait remettre tout ça à jour. D’après les conseils que j’ai reçu par les cartes et les envois des coachs, j’ai découvert qu’il était conseillé de commencer une TCC.  Et je me suis dit : “Voilà, c’est la solution”.

Pourquoi vous êtes vous tournée vers le programme Dreem ?

J’avais déjà entendu parler de la thérapie cognitive et comportementale grâce à mes deux nuits passées à l’hôpital de Bruges qui m’avait fait d’ailleurs faire aussi inscrire quand je me réveillais, quand je me rendormais. Mais donc c’était assez peu précis, c’était mon avis puis je devais regarder mon réveil. Je n’avais que deux nuits là bas et on m’a dit : “Mais vous dormez bien !” Je n’étais vraiment pas convaincue…

J’ai dépensé de l’argent en faisant des séances de sophrologie, de méditation (apprendre à méditer). J’ai fait de la kinésiologie. Je prenais des médicaments mais j’ai vite supprimé ça et je prenais des plantes. J’ai essayé de tout ! Je peux vous dire que je connais toute la panoplie des médicaments en pharmacie. Enfin tout ce qui peut se trouver sur le marché mais il n’y avait rien qui marchait. J’avais des copines qui me disaient : “Mais Myriam prends une petite tisane, tu dormiras mieux !” J’étais vraiment énervée avec toutes ces choses là qui ne me servaient à rien.  Et les médicaments, oui, bien sûr ! Un somnifère, ça vous fait dormir. Mais je savais que ça n’allait pas être très bon à la longue par rapport à la mémoire et puis je sentais bien que ce n’était pas vraiment un sommeil réparateur…

Pouvez-vous raconter votre expérience du programme Dreem ?

Quand on m’a conseillé de commencer la TCC, bien sûr, je me suis mise directement à l’oeuvre. On m’a conseillé, d’après les 7 nuits précédentes qui avaient été analysées, d’aller dormir à 00h20. Alors là, c’était très dur de tenir jusqu’à cette heure-ci alors que j’étais si fatiguée ! Après je me suis habituée. Puis Dreem m’a envoyé :  “Maintenant, vous avez 10 minutes de plus. Vous pouvez dormir plus tôt.” 00h15 puis 00h00. Ça faisait du bien !

C’est une restriction à laquelle il faut s’habituer. C’est une discipline très pénible, très dure mais je conseille vraiment de la pratiquer scrupuleusement, parce que grâce à cela, j’ai compris ce que c’était que de s’endormir. J’ai senti mon sommeil. Et ça, c’est très important.

Mais au début, je dois vous dire que j’ai envoyé des messages pas très gentils à Dreem, j’étais révoltée. Je me disais : “C’est pas possible que vous me demandiez ça alors que je suis si fatiguée.” Et on m’a conseillé : “Continuez !” “Continuez comme ça !” “Courage !” avec de bons encouragements presque personnels. Je dois dire que je me sentais vraiment soutenue. C’est l’accompagnement vraiment indispensable et j’ai rien trouvé de mieux.

déroulement-programme-dreem-insomnie-tcc

Déroulement du programme Dreem

Quel est votre avis et quel bilan dressez-vous du programme Dreem ?

Après la TCC, je me suis rendue compte que je me réveillais beaucoup moins souvent : beaucoup moins de réveils nocturnes et un rendormissement beaucoup plus rapide. Je suis devenue actrice de m’en sommeil plutôt que d’en être la victime. On est tous nés avec cette faculté de savoir dormir mais on a oublié. Dreem, c’est vraiment une rééducation du sommeil. On réinitialise le sommeil, c’est fait pour ça. 

Le bandeau n’est pas un objet magique qui vous fait dormir, on doit prendre à bras le corps son sommeil si on veut avancer et changer les choses. Le bandeau n’est pas un objet magique qui vous fait dormir. On doit prendre à bras le corps son sommeil si on veut avancer et changer les choses… Dreem, c’est vraiment une rééducation, on réinitialise son sommeil.

Merci Myriam pour ce témoignage !

Retrouvez le témoignages d’autres utilisateurs de Dreem

Dreem – Août 2019

Dreem avis – Myriam raconte son expérience du programme Dreem
5/5 (4 vote)

Découvrez votre profil de dormeur grâce à ce test de sommeil

Commencer
Articles similaires

Dreem avis : Jonathan, 67 nuits avec le bandeau

"Le matin, je me lève en moins de 5 minutes", Jonathan est utilisateur et en est à 67…

Comment se passe une nuit avec le bandeau Dreem ?

Comment se passe une nuit avec le bandeau Dreem ? Cette question a le mérite d'être posée puisqu'on…

Témoignage de Samuel, 201 nuits avec Dreem

"Aujourd’hui je m’endors beaucoup plus facilement", Samuel B, 201 nuits avec Dreem Bonjour Samuel B. Le sommeil est-il…