Comment améliorer son sommeil profond avec le bruit rose ?

En 2013, Jan Born, neuroscientifique éminent à l’université de Tübingen en Allemagne, franchit une étape importante dans le domaine du sommeil. Il prouve qu’un certain type de bruit, le bruit rose, a un impact sur les oscillations lentes du sommeil, autrement dit sur le sommeil profond. C’est l’aboutissement d’une dizaine années de recherche en neurosciences sur la stimulation du sommeil profond. La première découverte en la matière date de 2005 et les stimulations sont alors électriques. Il faudra attendre huit ans, en 2013, pour la répliquer avec un élément autrement plus inoffensif : le son.

 

 Le Thalamus, métronome du sommeil profond.

Pendant l’éveil, les neurones travaillent à des rythmes différents, s’envoyant des messages tous azimuts. À mesure que le sommeil s’approfondit, ils ont tendance à se coordonner davantage : leur activité se synchronise peu à peu. Le paroxysme de cette synchronisation est atteint en phase de sommeil profond : des zones neuronales entières s’éteignent puis s’allument successivement, en rythme. 

À l’initiative de cette synchronisation, le cortex, siège de l’intelligence abstraite. Il est aidé par une autre partie du cerveau particulièrement impliquée dans le sommeil : le thalamus. Situé dans les profondeurs du cerveau, le thalamus est à la fois le récepteur, le filtre et le transmetteur de tous types d’influx (sensoriels, moteurs et nerveux) : il joue un rôle de chef d’orchestre des zones neuronales.

Pendant le sommeil profond, le thalamus va donc s’employer à faire travailler des zones entières du cortex de manière coordonnée. Pour ce faire, il leur impulse des vagues d’activité, en rythme, un peu comme un métronome.

 

Le bruit rose, allié du thalamus et optimisateur de sommeil profond.

Du fait de sa sensibilité naturelle au bruit, il est possible d’influencer le thalamus à l’aide de stimulations sonores. Le “bruit rose” est le type de bruit privilégié pour influencer le thalamus, grâce à sa forte densité spectrale qui le rend plus impactant.

Jouées à des moments précis du sommeil profond, ces stimulations sonores à base de bruit rose ont donc pour effet de “booster” les impulsions du thalamus, et d’optimiser leur rythme. Cela l’aide à synchroniser plus de neurones à la fois, et plus intensément. Il en résulte une augmentation de l’amplitude et de la densité des ondes lentes, principaux indicateurs de la qualité du sommeil profond.

Découvrez comment DREEM utilise le bruit rose pour optimiser votre sommeil ! 

La courbe de gauche montre le sommeil profond moyen, et celle de droite l’effet de la stimulation des ondes lentes par Dreem.

En amplifiant vos ondes lentes au bon moment, Dreem étend et amplifie votre sommeil profond.

Articles recommandés

Cédric Villani et Dreem : un échange passionnant

Mathématicien pionnier, lauréat de la médaille Fields et directeur de l'Institut Henri Poincaré - Cédric Villani était notre invité aux bureaux de Dreem à Paris.…

Hôtel Dieu et Dreem : des essais cliniques concluants

Notre équipe travaille désormais depuis plus de 3 ans sur la recherche et le développement du bandeau Dreem. Pour récolter des données servant à la recherche…