Comment savoir si j'ai bien dormi ? - Experts du sommeil - Dreem

Comment savoir si j’ai bien dormi ?

3min de lecture

Rôle, fonctionnement, recherche … Le sommeil est un sujet très dense, complexe, également plein de surprises et d’inconnues. Chez Dreem, nous avons pour mission d’améliorer votre sommeil, mais aussi de vous aider à le comprendre. Aujourd’hui, nous nous intéressons à une question vraiment importante. Concrètement, dormez-vous bien ? Et comment le savoir ? 

Dormez-vous bien ?

Les experts du sommeil s’accordent à dire qu’un individu qui “dort bien” s’endort facilement et se réveille en forme après une nuit profonde et ininterrompue. Concernant la durée, on estime qu’un adulte a besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit, dont 20 à 25% en sommeil profond et 20 à 25% en sommeil paradoxal également. Mais connaître ces normes ne répond cependant pas à notre question.

Le sommeil et les gènes

Au-delà des normes recommandées, de nombreuses études ont par exemple prouvé l’influence majeure de nos gènes sur le sommeil. Ainsi, ce sont eux qui déterminent :

Notre besoin de sommeil moyen. Être un grand ou un petit dormeur est génétique. Par exemple, certains (rares) individus n’ont besoin que de 5h de sommeil, là où 11h sont nécessaires pour d’autres, à résultats similaires.

Notre capacité à nous adapter aux changements de rythme, à nous remettre facilement du décalage horaire, à supporter des astreintes, ou encore des horaires de travail décalés…

Notre chronotype, c’est-à-dire si on est plutôt lève-tôt (environ un tiers de la population), couche-tard (16%), ou entre les deux (50%).

Bien se connaître pour bien dormir

Puisqu’ils sont liés à vos gènes, comparer vos besoins de sommeil à ceux des autres n’est alors pas forcément pertinent. Le meilleur moyen de savoir si vous “dormez bien” reste encore de vous écouter en observant quelques indicateurs.

Votre sentiment de forme ou de fatigue durant la journée. C’est en effet l’indicateur le plus pertinent que vous respectez (ou non) vos besoins de sommeil, pourvu qu’il ne soit pas biaisé par la consommation de substances ou un état nerveux qui le modifieraient artificiellement (excitants, médicaments, stress…).

L’existence d’une dette de sommeil, visible à votre surplus de sommeil le week-end. C’est le signe que vous ne respectez pas vos besoins de sommeil pendant la semaine.

La qualité de vos nuits, tout simplement. En effet, un sommeil haché, un temps d’endormissement important ou un réveil trop précoce sont les signes d’un mauvais sommeil.

Grâce à ces explications, vous serez ainsi en mesure aujourd’hui de répondre à cette question : « Dormez-vous bien ? »

Et après ?

Suivre son sommeil, essayer de le comprendre avant de pouvoir l’améliorer … Cela est indubitablement plus facile à dire qu’à faire. En 2017, 63% des Français se déclarent insatisfaits de leur sommeil.

Parce que vos besoins et problématiques de sommeil sont uniques, le bandeau Dreem vous donne les outils pour suivre et comprendre précisément votre sommeil, jour après jour. Mieux : il en améliore la qualité en temps réel.

Découvrez le bandeau Dreem

Cet article a été écrit en partenariat avec Choses à Savoir. Si vous souhaitez en savoir plus sur le sommeil, abonnez-vous gratuitement à notre chaîne de podcasts, disponible sur : 

 

Articles similaires

Je suis insomniaque, que faire ?

Je suis insomniaque : être à l’heure au travail, ne pas rater son train, être bloqué dans les…

Grincer des dents la nuit : les solutions au bruxisme

Le bruxisme ne vous dit peut-être rien. Votre conjoint(e) ne supporte plus que vous grinciez des dents la…

Dossier Apnée du Sommeil – pour tout savoir

Apnée du sommeil, quelques chiffres En France, environ 5% de la population souffre aujourd'hui du syndrome d'apnée du sommeil.…