Grincer des dents la nuit : les solutions au bruxisme

Grincer des dents la nuit : les solutions au bruxisme

17min de lecture

Le bruxisme ne vous dit peut-être rien. Votre conjoint(e) ne supporte plus que vous grinciez des dents la nuit (et en plus, vous ne le ou la croyez pas) ? Votre dentiste s’alarme de l’érosion prématurée de vos dents ? Ou tout simplement, vous souhaitez arrêter de grincer des dents ?
Quoi qu’il en soit, vous êtes au bon endroit pour tirer au clair ce que cache le bruxisme lié au sommeil.

Si les médecins reconnaissent le bruxisme comme un trouble de sommeil, le grand public le connaît peu, bien qu’il touche presque 10% de la population française. Si vous souffrez de bruxisme, sachez qu’il perturbe votre sommeil et fragilise vos dents. Heureusement, des solutions sérieuses et efficaces existent pour y remédier.

Bruxisme lié au sommeil = grincement de dents la nuit

Le bruxisme lié au sommeil (ou « bruxisme » dans cet article) se caractérise par des grincements de dents ou le serrement de la mâchoire de manière intempestive pendant le sommeil.

Ces grincements de dents, qui n’ont pas d’utilité connue, peuvent par contre avoir des conséquences fâcheuses : usure anormale des dents, douleur de la mâchoire ou mal de tête au réveil, blocage ou contracture des mâchoires le matin et enfin, dégradation de la qualité de sommeil et fatigue associée pendant la journée.

L’intensité et la durée des grincements de dents pendant la nuit varient. Mais il peut y avoir pendant une même nuit plusieurs centaines d’épisodes de grincement de dents ! Malgré cela, la plupart du temps, ces épisodes de bruxisme ne réveillent pas le dormeur qui, de fait, ne s’en souviendra pas. Ils vont par contre fragiliser le sommeil du « bruxeur » en réduisant son efficacité. Les grincements de dents vont sortir le dormeur de ses stades de sommeil profond pour le faire remonter en sommeil léger. Conséquences : une modification de l’architecture du sommeil de la personne et plus de fatigue le matin au réveil !

bruxisme

Le bruxisme, ce n’est pas que la nuit

Le bruxisme est, par définition, également un trouble diurne par opposition au bruxisme lié au sommeil, qui ne se déroule que la nuit.

Ce bruxisme (diurne) se caractérise par le fait de serrer les dents de manière involontaire, généralement sans grincement, en réponse à certains stimuli pendant la journée. Ce bruxisme en journée est associé à une mauvaise habitude ou à un tic. Et dans la mesure où la personne est réveillée et consciente, ce serrement de dents est beaucoup plus facile à contrôler. Pour cette raison, ce n’est généralement pas un problème pour la personne concernée, et pas un sujet développé dans cet article.

Bruxisme nocturne : qui est concerné par le grincement de dents ?

Certains experts considèrent aujourd’hui que le bruxisme lié au sommeil est utile pour faire tomber les dents de lait des enfants. Cette théorie est cohérente avec l’âge des personnes affectées. En effet, le bruxisme est très fréquent dans la petite enfance puis diminue progressivement avec l’âge.

Les grincements de dent touchent principalement les enfants

Les grincements de dents peuvent apparaitre dès l’âge de 1 an, avec l’arrivée des premières dents.
Les dernières études estiment que 10% des enfants de 2 ans et demi sont atteints de bruxisme. Ce pourcentage augmente progressivement jusqu’à 33% des enfants de 6 ans. On constate ensuite une diminution du nombre d’enfants atteints pour arriver à 9% vers le début de l’adolescence (à l’âge de 13 ans ici).

Chez l’adulte, la prévalence (nombre de personnes atteintes) du bruxisme a été estimée à environ 8%. Il y a cependant une décroissance constante du nombre de personnes atteintes avec l’avancée en âge. Les personnes âgées sont donc peu concernées par ce trouble.

Parmi ces 8%, on estime en raison de différents niveaux de gravité que seulement 0,5 à 2% des personnes atteintes de grincement de dents ont besoin d’un traitement. Ce sont en somme les personnes les plus affectées.

85% à 90% de la population grince des dents un jour ou l’autre, mais ce n’est généralement pas considéré comme un trouble. Les 8% évoqués ici sont le pourcentage d’adultes affectées à un niveau pathologique.

Homme ou femme, pas de sexisme, mais un facteur génétique

Il y a parmi les dormeurs atteints une forte influence génétique.
La présence de bruxisme lié au sommeil dans l’enfance et ensuite à l’âge adulte est très corrélée. Les adultes ayant grincé des dents lorsqu’ils étaient petits sont donc plus exposés. Mais c’est également vrai pour leurs propres enfants, qui sont plus susceptibles d’être affectés que ceux des autres.

Il n’y a par contre pas de différence de sexe. Les hommes et les femmes sont affectés de la même manière. De même, les études ont démontré que la morphologie des personnes n’a pas d’impact et n’est donc pas un facteur de bruxisme.

les effets du grincements de dents sur la dentition sont délétères. Achetez une gouttiere ou allez chez le dentiste

Dépistage et diagnostic : est-ce que je grince des dents ?

Les causes du bruxisme sont encore inconnues et probablement multiples. Il y a d’ailleurs encore des débats entre experts pour essayer de déterminer si ces grincements de dents intempestifs sont une habitude inconsciente ou au contraire une « parafonction » totalement involontaire lors de notre sommeil (ce qu’on appelle alors une « parasomnie »).

À quoi sert le sommeil ?
Voir aussi

Les connaissances limitées sur le bruxisme rendent son dépistage difficile 

Une étude publiée en 2014 [1] (relativement récemment donc) sur le bruxisme confirme qu’il y a encore beaucoup d’inconnues sur ce trouble. L’objectif de l’étude était d’ailleurs de faire le point sur l’état des connaissances scientifiques afin de sensibiliser l’ensemble des médecins au sujet.

A cause de ce manque de connaissances, et également parce que le dormeur lui-même n’a pas conscience de ces troubles (comme souvent pendant le sommeil), le bruxisme nocturne est une pathologie difficile à dépister. Ce sont donc généralement ses conséquences qui sont détectées, et non le trouble lui-même.

Ses principaux « symptômes » sont l’érosion des dents (usure anormale ou de dommages excessifs) et les mots de tête au réveil (douleurs au niveau de la mâchoire et/ou des tempes).
Sont également pris en compte dans le diagnostic les éléments suivants : troubles de la mâchoire, douleurs au niveau de la bouche et du visage (douleurs orofaciales), voire également une augmentation du volume des muscles de la mâchoire.

De même, l’entourage est régulièrement à l’origine du diagnostic à cause des gênes qu’il subit. Alors que le dormeur « bruxeur » ne se réveille pas par le bruit de ses grincements de dents, ceux-ci peuvent malheureusement devenir insupportables pour le partenaire du lit ou la famille.

Vous connaissez sans doute l’expression « faire grincer des dents » ? Et bien, c’est une référence biblique. Grincer des dents, c’est une manière de montrer son état de colère.

Un passage en laboratoire du sommeil est souvent nécessaire

Bien que l’usure dentaire anormale soit très caractéristique de bruxisme du sommeil, un diagnostic définitif repose idéalement sur la présence d’activité musculaire rythmique et des sons de grincement pendant un enregistrement polysomnographique de nuit.

Pour rappel, ces enregistrements de référence du sommeil se pratiquent dans les laboratoires du sommeil, structures de soins dédiées. Les épisodes de bruxisme surviennent plus fréquemment en sommeil de stade 2 (lent léger). Mais ils peuvent dans les faits se produire dans tous les stades de sommeil.

80% des épisodes de bruxisme pendant le sommeil sont associés à des micro-éveils. C’est beaucoup ! Preuve de ces micro-éveils : il y a systématiquement une modification du rythme cardiaque et un pic de stress juste avant le démarrage d’un épisode de bruxisme.

 

Traitements contre le bruxisme : médicaments, gouttière dentaire ou plaque occlusale ?

En fonction de la sévérité et des conséquences de votre bruxisme, différents traitement qui ont fait leurs preuves peuvent vous être proposés. Plaque occlusale, gouttière dentaire, traitement médicamenteux, ou pourquoi pas, techniques de relaxation vous permettront d’arrêter de grincer des dents !

Comment les obtenir et vers qui se tourner ? Nous faisons le point sur la question.

Des solutions médicamenteuses existent, MAIS

Il n’y a pas aujourd’hui de médicaments commercialisés spécialement pour soigner le bruxisme. Mais certains médicaments ont cependant démontré leurs bénéfices face aux grincements de dents dans le cadre de différentes études expérimentales [2].

Bien sûr, inutile de vous rappeler au passage que médicament rime avec médecin. Ne prenez pas de médicaments sans avoir préalablement consulté votre médecin et obtenu une prescription de sa part !

Donc, la clonidine est le médicament le plus efficace pour vous permettre d’arrêter de grincer des dents. Malheureusement, il y a des effets indésirables : suppression du sommeil paradoxal et hypotension le matin [3]. En dehors du bruxisme, c’est un médicament qui s’utilise généralement dans la prise en charge d’hypertensions artérielles…

Le clonazépam semble lui aussi être une alternative acceptable ; mais à court terme uniquement. C’est un benzodiazépine, ce qui implique un risque de dépendance et des effets négatifs à moyen/long terme sur votre sommeil et votre santé.

En bref, n’hésitez pas à faire appel à votre médecin généraliste si vous avez des problèmes de bruxisme. Il pourra vous orienter ou vous prescrire une solution qu’il juge adaptée à votre cas personnel. En allant le consulter, vous saurez par ailleurs déjà que des alternatives naturelles et sérieuses existent pour arrêter de grincer des dents sans médicaments.

plaque occlusale anti-bruxisme, une solution efficace mais chère

 

Pour une plaque occlusale, rendez-vous chez le dentiste

Lorsque les dents se touchent ou s’abîment, les personnes atteintes se tournent naturellement vers un dentiste qui leur proposera alors une plaque occlusale. Il faudra peut-être d’abord convaincre le patient qu’il souffre de de bruxisme. N’ayant pas conscience de grincer des dents, de nombreuses personnes, même avec les dents abîmées, se l’entenderont dire avec surprise… Parfois appelée gouttière dentaire ou gouttière occlusale, cette solution reste le traitement de référence contre le bruxisme, notamment parce que son moule est sur mesure. A ce titre, elle présente « moins de désagréments » lorsqu’on la porte la nuit.

Le principe est assez simple : cette gouttière occlusale va protéger vos dents s’usant à leur place. Elle se porte sur un des deux côtés de votre mâchoire, pendant la nuit uniquement. Une fois la plaque occlusale en place, vos dents ne se touchent plus. Vous êtes donc protégé des effets négatifs du bruxisme lié au sommeil.

Bon à savoir :

  • Pour faire fabriquer « votre » plaque occlusale, votre dentiste va d’abord réaliser un moulage de vos dents.
  • En terme de prix, une plaque occlusale est assez chère. Comptez quelques centaines d’euros, mais une bonne mutuelle vous la remboursera.
  • Attention par contre à l’apnée du sommeil : la plaque occlusale peut favoriser l’apnée du sommeil pour les personnes déjà atteintes. Il est donc important de vérifier que ce n’est pas votre cas (en cas de doute) avant d’adopter cette solution.

Pour être incollable sur la plaque occlusale, regardez la petite vidéo explicative ci-dessous. Réalisée par un cabinet dentaire canadien et très bien faite !

De l’orthèse d’avancée mandibulaire à la gouttière anti-bruxisme

Les gouttières dentaires sont la dernière solution aux bénéfices reconnus pour arrêter de grincer des dents. Initialement, ces gouttières sont des orthèses ou appareils d’avancée mandibulaire destinés à lutter contre le ronflement et les apnées du sommeil.

Mais là encore, ces produits ont démontré leur efficacité contre le bruxisme dans le cadre de différentes études scientifiques. Suite à ça, un petit nombre de fabricants a décidé d’adapter et de spécialiser certaines gouttières dentaires spécifiquement contre les grincements de dents.

La plupart du temps, et en particulier les premiers jours, l’utilisation d’une gouttière dentaire va créer un certain inconfort. Mais ses bénéfices sont à ce prix. Trouver le dispositif adapté à sa propre bouche reste l’idéal. Il y a parfois plusieurs tailles, et d’en certains cas, vous aurez besoin de faire bouillir votre gouttière pour l’adapter à votre dentition. C’est souvent le cas sur les orthèses anti-ronflement d’ailleurs.

Dans tous les cas, vous aurez ensuite besoin de quelques jours pour vous habituer au port de la gouttière.

Le prix d’une gouttière dentaire ? Comptez jusqu’à 75 euros environ pour une gouttière de très bonne qualité. Vous en trouverez probablement à tous les prix, mais faîtes attention quand même à utiliser des produits de qualité.

Les facteurs aggravants : lutter contre le stress

Il existe plusieurs facteurs aggravants reconnus qui favorisent le grincement de dents la nuit.
Le premier d’entre eux et le plus important est le stress et l’anxiété. Même si l’on connaît peu les mécanismes encore, on a pu démontrer le lien de cause à effet. Si vous souffrez de stress, vous avez plus de chance de grincer des dents ! Et c’est un facteur associé à la fois chez les enfants, les adolescents et les adultes.

Lutter contre le stress est plus facile à dire qu’à faire, mais toutes les solutions sont bonnes à prendre : faire du sport pendant la journée par exemple, ou n’importe quelle autre forme d’exutoire qui vous correspond.
Certaines personnes utilisent également la sophrologie ou même l’hypnose pour juguler ce stress.
Tant que ça fonctionne pour vous, c’est bénéfique.

Les autres facteurs aggravants à éviter pour limiter la gravité du trouble sont l’alcool et le tabac avant de dormir. De manière moins répandue (enfin j’espère), on sait également que les amphétamines et le médicament prescrit chez les personnes souffrant de Parkinson (le L-Dopa) aggravent le bruxisme la nuit.

Bruxisme : un trouble du sommeil depuis longtemps (re)connu

Il existe dans l’univers médical du sommeil une classification internationale des troubles du sommeil. Son nom officiel en anglais est « International Classification of Sleep Disorders » (ou ICSD). On y répertorie le grincement de dents ou « bruxisme ».

Dans la première version de la classification internationale des troubles du sommeil, le bruxisme se classe comme une parasomnie. Par définition, les parasomnies sont des événements physiques ou des expériences indésirables qui se produisent à l’endormissement, pendant le sommeil ou lors d’éveils partiels [4]. Cette définition s’adapte effectivement à notre problème de grincement de dents.

Mais depuis 2005, année de publication de la 2ème édition de la classification internationale des troubles du sommeil, le bruxisme se classe désormais comme un trouble moteur lié au sommeil. Une définition plus fine mais tout aussi exacte qu’on retrouve encore dans la dernière édition de cette classification, soit la 3ème publiée en 2014.

Fun fact : La classification internationale des troubles du sommeil est, comme son nom ne l’indique pas, éditée par l’académie américaine de médecine du sommeil (American Academy of Sleep Medicine).

Grincer des dents, c’est mieux pris en charge au Canada ?

Si vous cherchez des renseignements sur le web sur le fait de grincer des dents (et mon petit doigt me dit que c’est le genre de choses que vous pourriez faire…), vous allez rapidement tomber sur de nombreux sites internet de cabinets de dentistes francophones au Canada. Ils sont plus complets et mieux fournis que ceux de nos dentistes de l’hexagone.

Globalement, nos amis d’Amérique du Nord sont peut-être plus à l’aise avec les nouvelles technologies, mais il semble aussi évident que le bruxisme est un trouble mieux pris en charge de l’autre côté de l’Atlantique. Tout ça est aussi cohérent avec ce que je vous disais sur la classification internationale/américaine des troubles du sommeil d’ailleurs.

En conclusion

De votre côté, vous n’avez plus d’excuses ! Il est temps de prendre soin de vos dents comme de votre sommeil (ou de celui de votre conjoint) en mettant en œuvre une des solutions adaptées évoquées dans cet article. Un seul objectif : ne plus grincer des dents ! Vos dents seront en sécurité et la qualité de votre sommeil sera meilleure. Pour vous, c’est plus d’énergie au réveil et moins de café pendant la journée en perspective.

Sources

[1] R. V. Murali, Priyadarshni Rangarajan, and Anjana Mounissamy. Bruxism: Conceptual discussion and review. J Pharm Bioallied Sci. 2015 Apr; 7(Suppl 1): S265–S270

[2] Huynh N, Manzini C; Rompré PH, Lavigne GJ. Weighing the Potential Effectiveness of Various Treatments for Sleep Bruxism. J Can Dent Assoc. 2007;73(8):727-730.

[3] Michel Billiard & Yves Dauvilliers, Les troubles du sommeil, Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson, 2012, 2ème édition, 514p

[4] ICSD-II. International Classification of Sleep Disorders : Diagnostic and coding manual. 2nd ed. Chicago : American Academy of Sleep Medicine ; 2005.

Avertissement : cet article et son contenu ne constituent pas un avis médical. Veuillez consulter votre médecin pour obtenir un avis médical et un traitement associé.

Articles similaires

Pourquoi dormons-nous si mal aujourd’hui ?

Pourquoi dormons-nous si mal aujourd'hui ? "Bonjour à tous, si vous m'écoutez en ce moment c'est très probablement…

Test d’Epworth : évaluez votre somnolence

Le test d'Epworth, ou bien Échelle de Somnolence d'Epworth (ESS) Le test d'Epworth permet d'auto-évaluer notre niveau de somnolence…

Quels sont les effets du mauvais sommeil ?

A priori, mauvais sommeil et économie mondiale sont déconnectés l'un de l'autre. Pourtant, une étude publiée par le…