Horloge interne : le donneur de temps de notre organisme - Dreem

Horloge interne : le donneur de temps de notre organisme

4min de lecture

L’horloge interne est un mécanisme vital, présent chez tous les êtres vivants.

Horloge interne – définitions utiles :

  • Tous les êtres vivants possèdent une horloge interne: c’est un système auto-entretenu qui génère des rythmes. L’horloge est elle-même entraînée, remise à l’heure chaque jour, par un certain nombre de « synchroniseurs », à la fois internes et externes.
  • Chronobiologie : discipline scientifique étudiant l’organisation temporelle des êtres vivants et des mécanismes qui en assurent la régulation et de ses altérations. Cette discipline traite essentiellement de l’étude des rythmes biologiques (et donc de l’horloge elle-même). [1]

1729 : les débuts de la chronobiologie

L’horloge interne est présente chez tous les êtres vivants, mais au début, personne ne le savait ! C’est Jean-Jacques Dortous de Mairan qui, le premier, a mis en évidence la présence de cette horloge. Cet homme était un mathématicien, astronome et également géophysicien français. 

horloge biologique, étude de la sensitive, qui ferme ses feuilles quand on la touche

En 1729, il étudiait le mouvement des feuilles d’une plante un peu particulière : la sensitive. Particulière pourquoi me direz-vous ? Et bien, pour 2 raisons :

  • d’une part, la sensitive ferme ses feuilles lorsqu’on les touche (voir image jointe) ;
  • d’autre part, la sensitive ferme ses feuilles pendant la nuit, et elle les ouvre pendant la journée.

En plaçant la plante dans des conditions constantes (obscurité totale, même température et même niveau d’humidité) pendant plusieurs jours, Mr Dortous de Mairan a pu démontrer qu’elle continuait à toujours ouvrir ses feuilles le jour et à les refermer la nuit. Conclusion : la plante connaissait ce rythme jour/nuit, preuve de l’existence d’une horloge biologique interne (rien que ça !). Dans le jargon, un rythme biologique interne s’appelle d’ailleurs un rythme « endogène ». Depuis cette époque, la chronobiologie (l’étude des rythmes biologiques donc) s’est développée, avec plus récemment – les moins jeunes d’entre nous s’en souviennent encore – la contribution de Michel Siffre !

1962 : Michel Siffre et les rythmes circadiens

En 1962, Michel Siffre, scientifique français et spéléologue passionné, a réalisé la première expérience d’isolement en grotte, de manière à se couper du temps (voir son livre intitulé Hors du temps, écrit suite à cette expérience). À l’aide d’un téléphone filaire, il appelait alors la surface afin d’indiquer ses heures de lever et de coucher. Lorsqu’au bout de 61 jours, il est sorti du gouffre de Scarasson, sa perception du temps était largement perturbée. Lorsqu’il dormait, il ne savait en effet jamais s’il avait fait une sieste ou une nuit complète. Mais surtout, en étant « coupé du temps », il vivait naturellement sur un rythme proche de 25h, au lieu des 24h de la journée. Ses heures de lever et de coucher se sont donc décalées progressivement. Cela est arrivé au point de « grignoter » une journée complète à l’arrivée.

Cette expérience, qui a été reproduite depuis, par Michel Siffre lui-même avec l’aide de la NASA, et par d’autres, a largement contribué à démontrer que notre horloge interne fonctionne sur un rythme d’environ 25h, et non pas exactement de 24h lorsqu’elle est coupée de notre environnement.

Michel_Siffre_Hors_du_temps - Horloge biologique

Nous avons une horloge biologique interne, et alors ?

Savoir que nous avons tous une horloge interne (située à la base du cerveau dans le noyau suprachiasmatique – au croisement des nerfs optiques – ) implique différentes choses. En comprenant mieux ces rythmes et le système de l’horloge interne, vous pouvez :

  • Mieux dormir. Le sommeil est un rythme interne, connu sous le nom de rythme veille-sommeil ;
  • Apprendre à gérer les changements de rythmes (travail en horaires atypiques, 3×8 ou décalage horaire) ;
  • Avec un peu de chance, vous coucher moins bête ce soir 

L’horloge biologique est tellement importante pour notre organisme que des chercheurs ont reçu en 2017 le Prix Nobel de Médecine ou Physiologie pour leurs découvertes sur celle-ci. Emmanuel Mignot, directeur du Centre de Sommeil de Stanford, nous en parle dans cet article

[1] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronobiologie

 

Articles similaires

Pourquoi avons-nous envie de dormir ?

"Dans l'épisode précédent nous avons vu à quel point le respect du rythme circadien, c'est à dire notre…

Cycle du sommeil : pour mieux comprendre

Tout savoir sur notre cycle du sommeil : Une nuit de sommeil se décompose en plusieurs cycles du…

Pourquoi suis-je fatigué ?

Nous l’avons vu, notre sommeil est régulé en partie par notre horloge biologique. Un deuxième mécanisme nous pousse…