Témoignage de Nicolas, 242 nuits avec Dreem. - Experts du sommeil - Dreem

Témoignage de Nicolas, 242 nuits avec Dreem.

2min de lecture

« Au delà de mes problèmes de sommeil chroniques, 
j’avais un problème d’endormissement. » Nicolas, 242 nuits avec Dreem

Bonjour Nicolas. Pourquoi avez-vous choisi d’utiliser le bandeau Dreem ?

Jusqu’à présent le sommeil ce n’était pas vraiment un problème. Mais avec l’arrivée de mes jumeaux, tout a été destructuré. Je passais des nuits de 3 ou 4 heures, elles-mêmes fragmentées. J’étais doucement en train de sombrer dans la dépression. Le sommeil est donc devenu un problème assez majeur pour moi, surtout que je devais arriver en forme au bureau, et ne pas faire semblant derrière l’ordinateur. Il fallait que je sois efficace.
Quand j’ai entendu parler du bandeau Dreem, j’ai immédiatement saisi cette opportunité. Je pense que j’étais le client parfait pour le produit.

Racontez nous votre expérience avec Dreem.

Quand je l’ai eu, j’étais au paroxysme du manque de sommeil. J’étais prêt à m’accrocher à n’importe quelle solution pour y remédier : en fait ça a eu un effet assez radical, très rapidement. Je ne dormais pas plus mais je me réveillais beaucoup moins fatigué.


Ça ne se voyait pas directement mais c’était frappant au travail. En particulier le matin où j’avais l’habitude de “naviguer au radar”. En portant le bandeau la nuit, j’avais l’impression que ma performance cognitive suivait, je n’avais plus besoin de chercher mes mots, mes idées venaient plus facilement. Petit à petit, l’impression générale d’avoir des nuits trop courtes, trop réduites commençait à s’estomper. Même si mes nuits restaient fragmentées : on n’empêche pas un enfant de se réveiller ! Bref, ça a changé ma vie.

Nicolas, quelle est votre fonctionnalité préférée du bandeau ?

J’utilise beaucoup les bruits relaxants, car j’habite sur un boulevard ! Au delà de mes problèmes de sommeil chroniques, j’avais un problème d’endormissement : dès qu’un scooter passait ou que mes enfants toussaient, je me réveillais.
Les bruits relaxants permettent de masquer tout cela, d’éviter d’avoir les idées qui tournent dans la tête. On se concentre sur les vagues, on se laisse porter, et finalement on s’endort en 10 minutes Personnellement, c’est quelque chose que j’utilise tous les jours.

Merci Nicolas pour le partage de votre expérience avec le bandeau Dreem ! 

Articles similaires

Témoignage de Yannick et Dominique, 109 et 147 nuits avec Dreem

" Dans mes premières nuits, le pourcentage de sommeil profond était moins important que celui que j’atteins actuellement…

Témoignage de Chloé, 15 nuits avec Dreem

“ J’ai surtout l’impression, au réveil, d’être plus en forme ”, Chloé, 15 nuits avec le bandeau Dreem Bonjour…

Témoignage d’Ashley, 79 nuits avec Dreem

“ La veille d’une journée importante, je me dis systématiquement : Il faut que je mette le bandeau ”, Ashley,…