Une nuit avec le bandeau Dreem : témoignage

Nous avons toujours voulu savoir ce qu’il se passe quand notre corps lorsque nous dormons. L’avantage du bandeau Dreem est qu’il garde une trace de votre activité cérébrale. Il est également capable de reconnaître dans quelle phase de sommeil vous vous situez, à un moment très précis. 

Rien qu’hier, nous avions l’un de nos membres qui dormait avec le bandeau Dreem. Et l’image ci-dessus vous montre ce à quoi ressemblait sa nuit.

Un hypnogramme permet de représenter les différentes phases de sommeil. Il est constitué de l’acquisition d’un signal cérébral via des électrodes placées sur la partie frontale du bandeau.

Mais creusons un peu plus dans ses stades de sommeil durant la nuit. Retrouvez ici le témoignage unique d’un utilisateur du bandeau Dreem ! 

Témoignage : une nuit avec le bandeau Dreem

 » Bien entendu, je ne dormais pas en mettant mon bandeau. Rien de bien surprenant. J’ai lu un livre pendant quelques minutes, avant d’éteindre la lumière. Mon activité cérébrale s’est doucement réduite, mais restait tout de même assez active. Il m’a alors fallu à peu près 15 minutes pour m’endormir.

Je suis entré progressivement dans un sommeil léger. Un stade où vous pouvez facilement vous réveiller, mais on peut voir que j’ai pu rester dans un sommeil léger grâce à la réduction de mon rythme cérébrale et à la relaxation de mes muscles. En moyenne, ce stade représente la moitié du sommeil de n’importe quelle personne.

Mon sommeil s’est progressivement approfondi, atteignant alors le stade connu du sommeil profond. A ce moment là, mon cerveau travaillait pour consolider la mémoire, rajeunir les cellules, et restaurer l’énergie pour améliorer mon mental et ma condition physique.

Sommeil paradoxal et sommeil profond

Mais alors, qu’en est-il de la phase finale et bien connue, le sommeil paradoxal (ou REM) ?

REM vient de l’anglais Rapid Eye Movement (Mouvement oculaire rapide). En France, on l’appelle « Sommeil paradoxal ». C’est la phase où mon niveau d’activité cérébrale est similaire aux niveaux d’activité lorsque j’étais réveillé. La différence : je ne pouvais pas bouger mes muscles et avait quasiment aucune perception sensorielle venant dans mon cerveau. C’est la phase lorsqu’il est assez difficile de se réveiller. Vous connaissez l’expression « dormir comme une loutre ? » Et bien j’étais la loutre. Des visuels et des sensations (des rêves, en somme) ont ponctué cette phase de haute activité cérébrale.

Ceci ne représente que les premières 90 minutes de ma nuit. Le cycle de sommeil d’une personne est en moyenne constitué de 4 à 6 phases par nuit, le sommeil profond arrivant durant les premières heures du sommeil et le sommeil paradoxal vers la fin. Entre les deux cycles, il y a souvent de bref réveils dont nous ne nous souvenons pas. Par exemple, en partant des données de la nuit dernière, à 00h30, j’ai peut-être bougé pour trouver une meilleure position sur mon coussin, ai entendu un bruit, et me suis rendormi. Les trackers basés sur le mouvement peuvent percevoir cela comme du sommeil léger, mais avec le bandeau Dreem, vous connaîtrez précisément votre phase de sommeil.

Chez Dreem, nous implémentons des algorithmes intelligents pour gérer automatiquement votre hypnogramme. Le matin, lorsque vous enlevez le bandeau Dreem, vous aurez une meilleure compréhension de votre sommeil après chaque nuit.

Articles recommandés

Cédric Villani et Dreem : un échange passionnant

Mathématicien pionnier, lauréat de la médaille Fields et directeur de l'Institut Henri Poincaré - Cédric Villani était notre invité aux bureaux de Dreem à Paris.…

Hôtel Dieu et Dreem : des essais cliniques concluants

Notre équipe travaille désormais depuis plus de 3 ans sur la recherche et le développement du bandeau Dreem. Pour récolter des données servant à la recherche…