Témoignage de Yannick et Dominique, 109 et 147 nuits avec Dreem - Experts du sommeil - Dreem

Témoignage de Yannick et Dominique, 109 et 147 nuits avec Dreem

3min de lecture

 » Dans mes premières nuits, le pourcentage de sommeil profond était moins important que celui que j’atteins actuellement « , Yannick et Dominique, 109 et 147 nuits avec Dreem.

yannick

Bonjour Yannick, Bonjour Dominique. Comment avez-vous entendu parler de Dreem ?

Yannick : Je me demande si ce n’était pas dans un article de 01.net, je suis abonné à pas mal de revues un peu techniques, pour les geeks, même si on a passé l’âge, soi-disant ! On se tient au courant de tous les gadgets qui sortent. Comme ma femme est infirmière on est très attirés par le côté tracking, santé, prévention. Arrivés à notre âge, il vaut mieux prévenir que guérir, et ça motive en plus, pour avoir une hygiène de vie correcte.

Votre première nuit avec le bandeau Dreem ?

Dominique : Quand je l’ai eu en main je me suis dit : “Est-ce que je vais vraiment m’habituer ?”, en le touchant je trouvais que la matière était agréable et assez souple. En le mettant sur ma tête, ça ne m’a pas empêchée de dormir, bon il fallait s’adapter un peu. Mais je dirai qu’en 2 ou 3 nuits, je n’étais plus du gênée. Je trouve que je me suis habituée assez vite au bandeau.

Yannick : Oui moi aussi, la rapidité avec laquelle on s’habituait au bandeau m’a surpris. Au bout de 2 ou 3 nuits c’était fait. Et maintenant.. Il y a une nuit où je ne l’ai pas porté, et je me sentais bizarre ! J’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose.

Avez-vous utilisé d’autres trackers, pour comparer ?

Dominique : Oui certainement ! Le fait d’analyser les ondes cérébrales, c’est nettement plus efficace. On utilise en même temps l’application Sleep sur l’Apple Watch, et évidemment celle-ci se base sur le mouvement. Donc, si à un moment dans la nuit, je dors pas, je suis en train de chercher le sommeil et je ne bouge pas, il va analyser ça comme sommeil profond, alors que sur le Dreem ça va bien être en orange “phase de réveil”, donc il y a un problème. Ce n’est donc pas fiable, finalement.

Est-ce que vous consultez l’application Dreem le matin ?

Dominique : Oui ! Dès qu’on branche le bandeau, on regarde alors les nuits qu’on a passé, on télécharge les données. Mon mari fait même des analyses très précises, avec tableau Excel et tout !

Est-ce que cela vous a appris des choses sur votre sommeil ?

Dominique : Oui, on se rend compte qu’il y a une évolution au fil du temps, puisque moi je me rends compte que dans mes premières nuits, le pourcentage de sommeil profond était moins important que celui que j’atteins actuellement.

Le bandeau Dreem a-t-il modifié votre sommeil ?

Yannick : J’ai noté, depuis que je l’utilise, qu’avant je me réveillais au moins une fois par nuit, et maintenant c’est rare que je me réveille la nuit. C’est vraiment un effet positif.

Le bandeau Dreem vous satisfait-il ?

Yannick : Oui, et puis vous grandissez États-Unis, ça fait plaisir de voir une start up française qui marche très bien, qui se développe aussi, c’est vraiment encourageant!

Dominique : Et puis, c’est votre fiabilité qui nous a donné envie de participer justement. On s’est dit : « là ce n’est pas n’importe quoi ».

Articles similaires

Témoignage d’Ashley, 79 nuits avec Dreem

“ La veille d’une journée importante, je me dis systématiquement : Il faut que je mette le bandeau ”, Ashley,…

Témoignage de Samuel, 201 nuits avec Dreem

"Aujourd’hui je m’endors beaucoup plus facilement", Samuel B, 201 nuits avec Dreem Bonjour Samuel B. Le sommeil est-il…

Témoignage de Gilles, 131 nuits avec Dreem

“ Tous les matins, la première chose que je fais c’est regarder mon application : Qu’est-ce que ça a…