fbpx

Sommeil et confinement – une étude Dreem

6min de lecture
Sommeil et confinement – une étude Dreem

Alors que la Covid-19 s’est répandue et que les pays ont un à un fait respecter une forme de confinement ou une autre, la vie quotidienne a considérablement changé pour la grande majorité de la population. Les écoles ont fermé, les parcs ont été fermés, les centres d’affaires ont fermé, les situations de travail ont changé et l’accès au monde extérieur est devenu limité.

Comment le sommeil est-il affecté lorsque la routine quotidienne prend soudainement fin ?

Au fur et à mesure que les gens s’adaptaient à ce nouveau style de vie, les habitudes de pré-confinement sont devenues obsolètes et nos rythmes quotidiens (heures de réveil, heures d’entraînement, heures des repas, heures d’écran) sont soudainement devenus déconnectés de cette nouvelle réalité. Sans parler du stress et de l’incertitude supplémentaires qui accompagnent le fait de vivre une pandémie.

Toutes ces perturbations diurnes ont inévitablement eu un impact sur les nuits des gens. Afin de mieux comprendre dans quelle mesure, l’équipe analytique de Dreem s’est associée au CHU de Grenoble pour entreprendre une étude unique du sommeil pendant le confinement, qui a combiné la perception qu’avaient les répondants de leur sommeil, de leur humeur et de leur situation de vie actuelle des données nocturnes objectives et précises recueillies à l’aide du bandeau Dreem.

 

Un peu de contexte

Les règles et les délais de confinement variant énormément d’un endroit à l’autre, l’équipe a décidé de concentrer ses efforts sur un seul pays, la France, où le passage au confinement était clairement défini et relativement strict, ce qui rend son impact plus facile à mesurer.

Le soir du 16 mars, le président Emmanuel Macron s’est adressé à la nation en annonçant un confinement strict à partir du lendemain afin de ralentir la propagation du virus. L’accès au monde extérieur était limité à 1 km autour du domicile afin de permettre l’accès aux produits essentiels tels que les soins médicaux, les courses, etc.

sommeil et confinement

Partie 1 : Le questionnaire

Un questionnaire a été envoyé par l’équipe à la base d’utilisateurs de Dreem à la recherche de volontaires pour participer à l’étude et détailler leur situation de vie actuelle, leurs sentiments, leurs niveaux d’anxiété (en utilisant le score HADS-A) et l’indice de sévérité de l’insomnie (ISI).

sommeil et confinement

sommeil et confinement

sommeil et confinement

Sur plus de 1500 réponses, l’équipe a sélectionné 600 répondants admissibles à l’étude, qui avaient tous au moins 5 nuits enregistrées avec le bandeau Dreem pré-confinement, étaient dans le bon fuseau horaire, etc.

Lorsque les données subjectives collectées à partir de ces questionnaires ont été combinées avec les données objectives collectées par le bandeau, nous avons pu établir l’image unique du sommeil d’une nation. Voici ce que l’équipe a appris :

 

Partie 2 : Les données nocturnes

Changement de routine

Le changement le plus marqué a peut-être été le fait que les heures de coucher et de réveil ont été plus tardives pour tous les types de dormeurs :

sommeil et confinement

 

sommeil et confinement  

Les heures de coucher se sont décalées d’environ 20 minutes en moyenne :

sommeil et confinement

Les gens se réveillaient environ 30 minutes plus tard en moyenne

sommeil et confinement

À certains égards, il s’agit d’une conséquence logique de l’isolement, d’autant plus que certaines personnes travaillaient à des heures réduites ou n’avaient pas à se déplacer. Cependant, il est peut-être intéressant de considérer ces chiffres dans le contexte des chronotypes.

Les chronotypes sont des manifestations comportementales du rythme circadien d’une personne. Autrement dit, il y a des personnes qui se lèvent le matin et qui sont productives le matin et des personnes qui sont du soir et qui trouvent les matins difficiles, mais sont souvent plus énergiques en fin de journée. Ce qui rend le confinement si intéressant, c’est qu’il a permis à l’équipe d’étudier les chronotypes « à l’état sauvage » en dehors des contraintes que la journée de travail de 9h à 17h, et sans doute la culture qui en découle, nous imposent.

Nous pouvons voir que pour les personnes du soir, les changements au niveau des heures de coucher et de réveil ont été les plus importants, tandis que pour les personnes du matin (qui sont probablement les mieux adaptées à la journée de travail traditionnelle de 9h à17h) montraient peu de différences par rapport à leur routine pré-confinement. De plus, comme nous le verrons ci-dessous, ce changement de routine a également eu un impact sur la structure même du sommeil.

Durée de sommeil

L’équipe a constaté une augmentation de la durée du sommeil, en particulier pour les répondants en congé, les personnes du soir et celles avec un score ISI inférieur à 10 (pas d’insomnie du tout à insomnie légère). 

sommeil et confinement

Lorsque nous divisons les nuits en phases de sommeil, nous pouvons voir une légère augmentation du N2 (sommeil léger) :

sommeil et confinement

Une légère diminution du N3 (sommeil profond) qui peut s’expliquer par le passage à des heures de coucher plus tardives, car le sommeil N3 se produit normalement en début de nuit. De plus, la durée moyenne de sommeil plus longue est également importante. Le N3 est l’étape de sommeil où vous vous remettez de la fatigue physique et de l’épuisement, une durée de sommeil plus longue signifie que vous êtes moins fatigué et que vous manquez moins de sommeil, et donc que vous avez moins besoin de sommeil N3.

sommeil et confinement

 

Et enfin peut-être le changement le plus intéressant, une augmentation du sommeil paradoxal :

sommeil et confinement

Plusieurs articles ont récemment parlé de l’augmentation des rêves intenses pendant la pandémie et cela peut s’expliquer par cette augmentation du sommeil paradoxal, la phase du sommeil qui s’accompagne d’une propension à avoir des rêves d’apparence réelle. Ce changement peut s’expliquer par le coucher et les heures de réveil plus tardifs car le sommeil paradoxal a tendance à se produire plus tard dans la nuit, ainsi que par la diminution du besoin en sommeil qui accompagne les nuits plus longues.

Conclusion

Le confinement a changé l’apparence de nos jours ce qui, comme le montrent ces résultats, a changé l’apparence de nos nuits, la structure même du sommeil et même l’apparence réelle de nos rêves. Chez Dreem, les études comme celle-ci nous passionnent, des études qui combinent des données objectives et subjectives pour créer un point de vue unique. Nous nous engageons à approfondir et à partager les connaissances sur le sommeil, la vie quotidienne et le lien entre les deux. Et rien de tout cela n’aurait été possible sans la participation de chaque utilisateur qui a répondu à notre questionnaire et s’est porté volontaire pour participer à cette étude. Nous leur disons merci.

 

 

4.5/5 (17 vote)

Découvrez votre profil de dormeur grâce à ce test de sommeil

Commencer
Articles similaires

Maladies du sommeil : tout savoir

Si nous sommes nombreux à mal dormir, et en conséquence à nous sentir fatigués, cela ne signifie pas…

Test insomnie : Quelle est la sévérité de votre insomnie ?

“Suis-je insomniaque ?”, une question que l’on se pose souvent après plusieurs nuits sans dormir. Est-ce que votre…

Pourquoi dormons-nous mal aujourd’hui ?

Pourquoi dormons-nous mal aujourd'hui ? Les effets secondaires indésirables et néfastes d'un mauvais sommeil sont considérables, tant sur…

Lydia
"J’ai enfin réussi à comprendre et améliorer mon sommeil. Je suis moins fatigué et plus en forme pendant la journée"
Myriam